Lagardère : cinq nouvelles boutiques à Montréal Trudeau pour LS

LS travel retail North America a ouvert cinq nouvelles boutiques dans l’aéroport international Trudeau de Montréal, au Canada. « Découvrir Montréal », est une déclinaison du concept de boutique de souvenirs Discover de la filiale de Lagardère. La boutique « Cirque du Soleil » s’appuie sur la célèbre compagnie créée en 1984 à Montréal. Quant à « Lolë », c’est une première dans un aéroport pour la marque canadienne, acronyme de « Live Out Loud Everyday » (« Vivez en grand au quotidien »). Plus classiquement, deux boutiques RELAY vont compléter le dispositif, avant et après les contrôles de sûreté.

Nous sommes absolument ravis d’ouvrir ces nouvelles boutiques à l’aéroport de Montréal Trudeau et de nous associer ainsi à l’aéroport dans le cadre de son plan de redéveloppement, s’est réjoui Vadim Motlik, responsable du développement chez LS travel retail.

Avec plus de 14 millions de passagers par an, l’aéroport international de Montréal-Trudeau est le quatrième aéroport le plus fréquenté au Canada.

Voir l’article sur Boursier.com

Lagardère entre dans la course pour World Duty Free

Lagardère a rejoint la course pour prendre une participation majoritaire dans World Duty Free, spécialiste italien du « travel retail » pour lequel la famille Benetton cherche un partenaire, apprend-on jeudi de sources proches du dossier.

Le groupe français d’édition et de médias, qui gère des boutiques dans près de 160 aéroports via LS Travel Retail, filiale de Lagardère Services, travaille avec la Société générale (GLE 36.03 -0.63%) sur cette opération, ont indiqué deux d’entre elles.

Lagardère est en négociations avec plusieurs fonds d’investissement pour contribuer au financement de l’opération de plus de 1,2 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros), a dit une troisième source.

Le groupe français n’était pas immédiatement disponible pour réagir à ces informations et Société générale n’a pas souhaité commenter.

Edizione, la holding de la famille Benetton, a dit ne pas avoir reçu à ce stade d’offre concrète pour World Duty Free.

« Edizione a reçu de nombreuses demandes d’information de banques d’investissement qui pour le moment n’ont pas donné lieu à des propositions concrètes », a indiqué la holding dans un communiqué.

Lire la suite sur Capital.fr

Monoprix et Elior inaugurent monop’lab, un « labstore » qui simplifie la vie des voyageurs

Monoprix, en partenariat avec Elior, inaugure, le 9 décembre 2014, monop’lab, un concept inédit et évolutif, dans la gare Montparnasse à Paris. Ce « labstore », modulaire et appelé à évoluer en fonction des besoins des clients, combine une offre alimentaire différenciante et une offre non-alimentaire shopping pour répondre aux attentes des voyageurs.

Issu du savoir-faire développé pour les enseignes d’hyper-proximité monop’ et monop’daily et pour l’enseigne dédiée aux gares monop’station, monop’lab est un « labstore » qui répond aux attentes des voyageurs des grandes gares et des aéroports, et plus largement de l’ensemble des lieux de transit. Le concept associe dans un même espace une restauration à emporter de qualité et une sélection de produits retail tendances et pratiques.

 

Associant l’expertise retail de Monoprix au savoir-faire de restaurateur d’Elior, monop’lab propose dans un seul espace une offre adaptée aux horaires des voyageurs, 7 jours sur 7, pour leur permettre de :
Trouver des produits simples, bons et originaux ;
Transformer le temps d’attente en temps utile ;
Flâner pour patienter ou se détendre ;
Trouver des réponses à leurs envies ou besoins dans l’univers du voyage ;
Se simplifier la vie et gagner du temps sur le week-end et les vacances.
Concept modulaire, monop’lab est pensé pour s’adapter aux espaces et aux usages. Si la première expérience se fait sur une superficie de 90 m², le format s’adaptera facilement à une grande diversité de surfaces. Mais son originalité tient surtout dans la dimension évolutive de son offre : les clients du « labstore » seront régulièrement interrogés et l’offre s’adaptera à leurs retours et leurs attentes. Chacun des univers évoluera au fil des mois. Cette expérience viendra également nourrir les enseignes d’hyper-proximité de Monoprix.

 

UNE EXPÉRIENCE UNIQUE POUR LES VOYAGEURS, OPÉRÉE PAR ELIOR POUR MONOPRIX

 

Monoprix et Elior ont noué, depuis plusieurs années, un partenariat fort basé sur des valeurs communes. Engagées ensemble dans le déploiement de monop’daily dans les lieux de flux, les deux entreprises ont déjà fait la preuve de leur grande complémentarité (Gare de Lyon ou Orly Ouest par exemple) pour assurer un service au plus proche des attentes des usagers des lieux de transit.
Monoprix propose, depuis plus de 80 ans, des enseignes et une offre de produits adaptés aux citadins. Son expertise du centre-ville, la diversité des formats qu’il propose et la qualité de son offre en font un acteur incontournable du commerce de proximité. A travers ses 6 enseignes, Monoprix a fait la preuve de sa capacité à accompagner et anticiper les grandes de tendances de consommation.
Elior a développé un véritable savoir-faire de restaurateur et une connaissance approfondie des attentes et des comportements de la clientèle dans l’univers du voyage. Souci constant de l’innovation, large panel d’enseignes à forte notoriété, écoute attentive de ses clients et expertise de pointe en matière de gestion des flux font d’Elior un partenaire de choix pour le développement des enseignes de Monoprix dans l’univers du voyage.

Lancôme signe une nouvelle palette make-up dédiée aux globe-trotteuses

La maison française renouvelle sa palette de maquillage réservée aux voyageurs, avec cette année un mascara en taille réelle. L’occasion pour les globe-trotteuses d’avoir tout le nécessaire make-up à portée de main, en toutes circonstances.

La dernière palette Hypnôse Star Eyes de Lancôme renferme donc un mascara taille réelle, Hypnôse Star Waterproof, doté d’une brosse à facettes pour amplifier le volume des cils.

Lire la suite sur La Dépêche.

Qui sont les Global Shoppers ?

Il y a les professionnels, les touristes et les frequent flyers. Ils sont près de 3 milliards chaque année à prendre un avion et donc à passer par un aéroport. Ils ont des cultures et des attentes variées mais ils ont un point commun : leur aspiration pour le luxe et la beauté. Ce sont les Global Shoppers.

Ces voyageurs aux profils divers sont pour la plupart originaires des pays émergents comme la Chine, la Russie, le Brésil ou la Corée. Ils ont sont à l’affut des dernières nouveauté et sont capables de dépenser plus de 1700 € par enseigne et par jour (Source 2014 de Global Blue, société leader dans la détaxe).

Les professionnels du Travel Retail, pour la plupart des grands groupes, ont cherché à cerner ces mystérieux global shoppers. Qui sont-ils ? Qu’est-ce qui motive leurs achats ? Quelles sont les différences entre un Russe et un Chinois en matière de consommation ?

Portrait du Global Shopper

Les hommes par exemple, représentent 56% des voyageurs. Le Travel Retail leur offre une opportunité d’acheter des produits cosmétiques, pour eux ou pour offrir, là où ils sont le plus «disponibles».

Les voyageurs russes, eux, sont friands de produits de luxe (vêtements haute couture, parfums…). Ils apprécient les grandes marques étrangères et préfèrent acheter ces articles directement sur place, comme à Paris par exemple.

Les Chinois sont les plus gros acheteurs du secteur de l’horlogerie-joaillerie. De janvier à mai 2013, ils comptaient pour plus de 40% sur toutes les transactions enregistrées par Global Blue.

Les Brésiliens quant à eux, sont obsédés par les produits de beauté (produits de soin, parfums, maquillage…). Au-delà d’apprécier les marques étrangères, ils sont motivés également par la différence de prix. Un produit de luxe commercialisé au Brésil peut avoir un prix de vente parfois 40% plus cher qu’à Paris.

Le duty-free, 1er lieu d’achat

En termes de lieux d’achat, les Global Shoppers privilégient la diversité, relève JCDecaux dans les résultats de son étude « Global Shopper Connection » parue en 2013 : les boutiques duty-free restent leur premier lieu d’achat (75% y font des achats, dont 78 % lors du voyage retour), mais les boutiques de centre-ville sont également plébiscitées : grands magasins (70%), boutiques de marques de luxe (62%) et parfumeries (55%). Parmi les raisons affichées par les personnes qui achètent dans les boutiques de duty-free, c’est avant tout parce que c’est considéré comme moins cher (78%), plus pratique (77%) et parce qu’il y a plus de choix (58%).

L’étude du groupe JC Decaux, avec un échantillon de 1 475 interviews en ligne auprès de voyageurs internationaux de 8 pays (Etats-Unis, Brésil, Royaume-Uni, France, Emirats Arabes Unis, Russie, Chine et Hong-Kong), a mis en lumière d’autres chiffres intéressants.

Ainsi, 96% des personnes interrogées déclarent aimer faire du shopping lorsqu’ils visitent une ville étrangère. Pour 83% d’entre eux, le shopping est un moment important de leur voyage et 68 % choisissent leur destination en fonction des produits et des marques qu’ils peuvent trouver sur place.

En trio de tête des préférences touristiques, le prêt à porter et la mode dominent avec 84%, devant les cosmétiques et parfums à 81% et les accessoires pour 79%.

Un nouvel enjeu pour le luxe français

Le principal enjeu pour les grands groupes de luxe français est de savoir capter ces consommateurs nomades et répondre à leurs attentes, à leur recherche d’une expérience unique.

Pour attirer cette nouvelle clientèle, ils mettent en place des tas de dispositifs : services de détaxe, services de personal shopper, livraison dans les hôtels… Ils recrutent surtout du personnel qualifié qui a suivi des formations comme le Bachelor Travel Retail de l’école Elysées Marbeuf. Ces salariés maîtrisent à la fois les techniques de vente et les particularités culturelles de leurs clients. Ils parlent souvent 3 voire 4 ou 5 langues (chinois, russe ou arabe la plupart du temps).

Dans l’opération de conquête de ce marché, rien n’est laissé au hasard. Choix et disponibilités des produits, rayonnage, horaires d’ouverture, emplacement de la boutique : tout est étudié avec soin pour favoriser l’acte d’achat alors que ce que L’Oréal appelle le 6ème continent ne cesse de se développer.